Hommage à l’Amarante

Amaranthus blitum… A. caudatus… A. gangeticus… A. paniculatus… A.spinosus…

On appelle « mauvaise herbe » cette indigène spp mais on ignore que certaines d’entre elles étaient consommées par les Romains. Nous l’avons même cultivée pendant  longtemps puis elle est tombée dans l’oublie… Difficile de savoir quelle variété on a pu voir cet été dans le potager de Verpopa… Disons que c’était l’Amaranthus Verpopus… hum hum… en attendant voilà quelques infos glanées sur un très bon bouquin de François Couplan…:

Légumes, fruits et condiments oubliés (disponible à la médiathèque E.Zola à Mtp ref: 580.COU – 3358504)

Gros Plan sur l’Amaranthe Rétroflexus…. l’Amarante Réfléchie:

Son nom vient du Grec Amarantos terme signifiant « qui ne flétrit pas ». Est venu se coller la terminaison anthos qui en grec veut dire fleur (on l’écrit aussi sans h). Elle est originaire de l’Amérique Centrale et de l’Amérique du Nord, et a été introduite dans la plupart des contrées tempérées du globe. C’est une annuelle qui sait tenir tête aux exploitants d’OGM…(plus d’info voir ici) et qui groupe ses minuscules fleurs verdâtres en courts épis à l’aisselle des feuilles (fleurs sans couleur car pollinisées par le vent, elles n’ont pas besoin de se faire voyantes…)… Ces fleurs sont de trois types: mâles (que des étamines), femelles (que des pistils) et hermaphrodites (les deux!). La floraison a lieu de juillet à octobre, les fruits renferment de petites graines aplaties, noires et luisantes qu’on ne trouvera certainement pas dans le commerce mais aux pieds de nos buttes ! si on les sème en place au printemps, Amaranthus Reviendrius ! ! car elle est bien adaptée au sol et au climat. Un premier éclaircissement à 15 cm donnera une salade tendre et succulente… par la suite pas besoin d’apporter trop de soins car c’est une plante robuste (elle prospère même sur les sol pauvres). Tout au plus un pincement de la hampe florale lorsqu’elles commencent à se développer pour favoriser la croissance des feuilles. Si on les coupe au lieu d’arracher la plante, la production dure jusqu’à l’automne et on pourra encore ramasser les graines par la suite… Elle ne connaît ni maladies ni parasites pas mal non? Sacré bestiole !

En fait elle est consommée depuis des temps immémoriaux par l’Homme qui en apprécie à la fois les feuilles et les grains (les Indiens de l’Arizona notamment qui en faisaient de la bouillies après les avoir mélangées aux graines d’autres plantes puis grillées) mais chez nous ce sont plutôt ses feuilles qui ont eu du succès de brève durée (sans doute au profit de l’épinard, qui ne peux pas se cueillir adulte pas en été).

Abandonnée l’Amaranthe s’est acclimatée au point de devenir « une mauvaise herbes » très fréquente dans nos jardins. Et c’est le triste sort de nombre de nos anciens légumes (voir vraiment ce fameux livre de Couplan)

Les feuilles sont riches en protéines (plus que le soja) en vitamine A et C et en sels minéraux ( Ca, K, P, Fe). La tige aussi est comestible, les graines mélangées à de la farine de froment apportent en plus des glucides. (A.blitum A.caudatus A.gangeticus)

Cette dernière qui peut atteindre 2.50m de hauteur (tige de 5 à 8 cm) est cultivée au sud est de l’Asie peut l’être aussi dans nos potager européens à condition de la semer sous couche en avril pour la mettre en place à mi-mai, elle supporte bien la chaleur de notre climat mais craint le froid.

voilà voili voilou…

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s